Livre Warré 66

Chapitre 66: Le mobilisme n’existe pas en apiculture

extrait du livre : “L’apiculture pour tous” par Abbé Warré

 

Les ruches à cadres ne sont vraiment mobiles qu’à leur sortie de l’atelier du menuisier.
Car en peu de temps il s’établit des adhérences de cadre à cadre et entre les cadres et les parois. Les abeilles y déposent de la propolis qui, petit à petit, fait épaisseur.
Je n’hésite pas à affirmer que les ruches à cadres s’éloignent plus du mobilisme que les ruches à rayons fixes. En tout cas, il est beaucoup plus facile de supprimer les adhérences dans la ruche à rayons fixes que dans la ruche à cadres. Les rayons de cire ne résistent pas à une lame de couteau. La propolis résiste plus et le couteau ne peut même l’atteindre bien souvent entre deux bois.
On a objecté que dans la Ruche Populaire à rayons fixes il peut s’établir des adhérences entre les rayons de hausses superposées, les abeilles ayant tendance à prolonger le rayon supérieur jusqu’au rayon inférieur.
Dans la ruche Palteau, dont nous parlerons, on provoque même ces adhérences. Dans ce cas, on est obligé de passer un fil de fer pour couper ces adhérences quand on doit enlever une hausse. Ce travail, évidemment, peut provoquer l’écrasement de la reine (gros inconvénient), la mort de plusieurs abeilles (d’où irritation des autres abeilles), un écoulement de miel, donc du pillage.
Or, nous n’avons pas cet inconvénient dans la Ruche Populaire à rayons fixes. Si, comme nous le recommandons, les porte-rayons sont bien placés régulièrement dans la même verticale, si la ruche est bien maintenue d’aplomb, les abeilles ne peuvent pas réunir les rayons d’une hausse supérieure aux rayons de la hausse inférieure. Pour construire un rayon, les abeilles se tiennent couchées sur le dos, au-dessous du rayon. Quand elles sont arrivées à 0,004 des porte-rayons de la hausse inférieure, elles doivent s’arrêter, 0,004 est, en effet, l’épaisseur de leur corps.
Les abeilles pourraient bien, il est vrai, déposer de la propolis sur les porte-rayons et arriver à combler le vide qui les sépare du rayon supérieur.
Dans ce cas, il n’y aurait jamais une adhérence aussi forte entre la propolis et la cire du rayon qu’il y en a entre la propolis et le bois, comme entre les cadres et les parois de la ruche.
De plus, dans la Ruche Populaire, les abeilles n’auront jamais le temps de combler ce vide, puisque chaque hausse est récoltée, vidée et nettoyée tous les deux ou trois ans.
D’ailleurs, comme nous le recommandons, chaque fois qu’une hausse est découverte, la raclette est passée sur le porte-rayons et sur l’épaisseur des parois. Le dessus des porte-rayons n’est donc jamais longtemps recouvert de propolis, pas assez longtemps pour que sa masse puisse atteindre le rayon supérieur.
Il est vrai que nous recommandons ce nettoyage au moins autant pour faciliter la pose des hausses par glissement horizontal. Car la pose des hausses par glissement est bien préférable à la pose verticale.